09 mars 2008

Expression et proverbes haketi (ou haketia)

Voila toute une série de proverbes en haketi ( nom du dialecte judéo-espagnol parlé par les Juifs séfarades installés au Maroc espagnol à Tetouan , Tanger, Larache etc...) que ma mère et mon grand père sortaient à toutes les occasions
Si vous en connaissez d'autres, n'hesitez pas à me les mettre en commentaires pour que je puisse les ajouter

 

81SPamHlCOL__SL1360_

 

"La mona aunque se vista de seda, mona se queda " (la  guenon, même habillée de soie reste une guenon : sans commentaire)

"El que todo lo penso sin cenar s'echo" ( celui qui a trop reflechi s'est couché sans manger : pour quelqu'un qui hesite trop à prendre une décision)

"Damé un grano de mazzal y tirame al fondinas del  mar" (donne-moi un petit grain de chance et tu peux me jeter au fond de la mer : sans commentaire ! )

"No ay mal que por bien no sea" ( il n'y a pas de mal qui n'arrive pas pour du bien : du mal va sortir quelque chose de bien)

"A casa de tia y no todos los dia" :( Dans la maison de tata et pas tous les jours :en gros on ne doit pas abuser de l'hospitalité)

"Al que vino sin llamar no se le hace buen lugar " ( celui qui est venu sans invitation n'a pas droit à une bonne place)

"En casa del herero cuchillo de palo" (Dans la maison du ferrailleur  les couteaux sont en bois : même sens que le cordonnier est le plus mal chaussé)

"La mujer y la sarten en la cosina estan bien " ( la femme et le poêle sont bien dans la cuisine) : je n'aime pas du tout celui la !!!

"En una boca cerada no entran moscas" ( dans une bouche fermée ne rentrent pas les mouches )

"El hijo del judio al mes anda, y al año gatea" (le fils du juif marche à un mois et est à 4 pattes à un an: se dit pour un enfant qui regresse)

"No fregues mucho, que saldrá el cobre." (n'insiste pas trop ou ça peut mal tourner)

"Di me con quien anda te dire quien eres" ( dis moi avec qui tu marches je te dirai qui tu es )

"Muera gato muera alto" (le chat meurt mais il est rassasié : pour quelqu'un qui veut profiter de son repas ou de la vie)

"No sea la falta de Estrella" (intraduisible : Se dit de quelqu’un d’absent, suivi de son prénom et qu'on aimerait avoir parmi nous l'equivallant de blabas)

"Aïcha fue al bano y trajo que contar para un ano" (Aicha a été au bain et a ramené de quoi parler pendant une année : pour quelqu'un qui raconte un événement ou une fête dans tous les détails et qui en rajoute )

"De dado y pedido hizzo aïcha un marido" (avec des
dons et de prêts, Aicha a fait un mari : faire quelque chose de bric et de broc )

"Aicha no tenia que comer, a huespedes invito" (Aicha n’avait pas de quoi manger et elle a invité des convives : se dit de quelqu’un  qui est pretentieux)

"La madre es madre y lo demás es aire" ( une mère est une mère, le reste c'est de l'air : il n'y a que l'amour d'une mère qui compte)

"Cada cosa y su mazal hasta el sefer en el heihal" ( chaque chose et sa chance jusqu'au sefer dans le tabernacle)

"Mismo el Haham se yerra en la Tebá" (tout le monde peut se tromper)

"Quien alabo à la nobia mocosa ? su madre la tiniosa" ( qui vante la mariée ? sa mère la tenieuse pour quelqu'un qui vante trop ses enfants ou la famille)

"Lo que no viene con la novia no biene despues" ( ce qui ne vient pas avec la mariée ne viendra pas plus tard)

"Ninguna olla se queda sin tapadera" ( aucune marmite ne demeure sans couvercle : tout le monde finit par trouver chaussure à son pied)

"Casar casar que la landra biene" (se dit à quelqu'un qui veut absolument se marier et qui doit savoir que c'est pas toujours facile)

"Voy y vengo, no se que mal tengo " (je vais et je viens je ne sais pas quel mal j'ai : pour quelqu'un qui se plaint tout le temps)

"Hoy puro y maniana ninguno" (aujourd’hui pur, et demain personne)

"Tanto tienes, tanto vales" (tant tu as, tant tu vaux) tu n’ es jugé que par rapport à ta fortune !

"Lo barrato es caro" ( le bon marché coûte cher)

"La limpieza mieda riqueza" ( la propreté est la moitié de la richesse)

"D-ios nos de bien y dande poner lo tanbien" ( que d-eu nous donne du bien et où le mettre aussi)

"Chollo y mollo y capilla buracada" (chollo et Mollo et cape trouée) pour designer des gens ordinaires

"Comites o no comites, en la mezza te sentates" (que tu aies mangé ou que tu n’aies pas mangé, tu t’es assis à table) se dit de quelqu’un qui se plaint d’avoir été mal servi ou de ne pas avoir mangé

"Me comites el pescado y me dechates las espinas" (tu as mangé mon poisson et tu ne m'as laissé que les épines !!! pour un tapeur)

"La suerte de la fea, la bonita la desea" (la chance de la laide, la belle la désire) se dit quand une femme laide a de la chance

"El bien va al bien y el sisco a Menahem" (le bien va au bien et la malchance à Menahem ). c’est toujours Les mêmes qui souffrent

"De la rosa sale el espino, y del espino sale la rosa" ( de la rose sort l'épine et des épines sort la rose pour dire qu'une personne bien peut venir d'une mauvaise famille et vice versa )

"Ojos que no ven, corazon que no siente" (Loin des yeux, loin du cœur !)

"El que no llora no mama" ( celui qui ne pleure pas ne tète pas )

"Eramos muchos  y pario abuela" (on était deja nombreux et grand mère a accouché : quand il y a trop de monde ou des invités en plus)

"Has bien y no mires a quien" (Fais du bien et ne regarde pas à qui )


"Has bien al malo y te pagara con un palo" 
(Fais du bien au méchant, il te le rendra avec un coup de bâton) .

"De la caille bendran y de la casa nos tiraran"
(ils viendront de la rue et nous  jetterons de nos maisons : se dit pour des gens qui prennent trop leurs aises chez les autres)

"Hijos casados , dolores doblados " (enfants mariés douleurs doublés)

"Una de cal y otra de arena" ( une de chaux et l'autre de sable : alterner gentillesse et sévérité)

"Mal y mal y piedra por cabesera"  (j'ai plein de pb et une pierre sur ma tête : quand les ennuis s'accumulent)

"El muerto al ollo y el vivo al bollo" (le defunt dans sa tombe et le vivant mange du pain : car la vie doit continuer aprés le depart d'un proche)

"En el pais de los siegos el tuerto es rey" (au pays des aveugles les borgnes sont rois)

"Se cansa el que dá, má no el que toma" (celui qui donne se fatigue mais pas celui qui reçoit)

"No se hizzo la miel, pa la boca del azno" (le miel n'est pas fait pour la bouche de l'ane : on ne donne pas de perle au cochon !)

et ces expressions d'amour maternel et paternel

Me vaya capara por ti, me muera yo por ti (que je meure pour toi)
Feraz mal (que tu sois éloigné du mal) 

Et pour le fun ces videos que mon oncle vient de me faire parvenir

 

photo du livre Haketia: A Memoir of Judeo-Spanish Language and Culture in Morocco d'Estrella Jalfon de Bentolila

Posté par piroulie à 23:40 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


28 février 2008

Haketi : origines et généralités

J'avais envie depuis longtemps de faire un petit article sur le haketi ou haketia mélange d'espagnol et d'hébreu saupoudré d'un peu d'arabe que parlaient tous les juifs de la zone espagnole du Maroc dont je suis originaire
Mes parents et mes grands parents s'exprimaient en Espagnol et utilisaient des expressions typiques en haketia ainsi que de nombreux proverbes que je posterai bientôt

Appelé haketiya au Maroc, titauni dans la région d'Oran, et judesmo ou espanyoliko au Moyen-Orient, le judéo-espagnol (que certains appellent ladino, bien qu'en vérité cette langue que les rabbins utilisaient pour traduire les textes religieux hébraïques soit plus archaïque et non orale) est un témoignage vivant du castillan que l'on parlait à la fin du 15ème siècle, mais enrichi par des termes grecs, hébreux, turcs ou arabes. Au cours des siècles, cette langue que les séfarades avaient amené de la Péninsule ibérique vers des villes de la Méditerranée, en Palestine et dans l'empire ottoman, ne resta que dans la mémoire familiale. Mais au 19ème siècle, des publications périodiques commencèrent à apparaître, à tel point qu'il existait plus de 300 titres en 1865, imprimés en grande partie à Salonique, à Istanbul, à Smyrne et à Sofia.

La haketia, langue vernaculaire juive tire son nom d'un terme arabe, ħaka حكى, qui signifie « dire » ou « raconter » .

Le foyer de la haketia se situe sur la côte nord du Maroc, à Tétouan, avec une forte implantation dans les villes de Tanger, Larache, Arcila, Alcazarquivir, Chefchaouen. Du fait des mouvements migratoires des populations juives, la haketia diffuse par la suite en Algérie, essentiellement dans la région d'Oran, et en Amérique latine

L'une des caractéristiques de la haketia est l'influence que la langue arabe a exercé sur ce parler.  Au vocabulaire castillan du XVIe siècle qui forme la base du judéo-espagnol s'ajoutent dans le cas de la haketia de nombreux termes empruntés non seulement à la langue hébraïque biblique, mais aussi à la langue locale, à savoir l'arabe tel qu'il se parle en Afrique du nord.

La haketia comporte une forte dimension d'oralité
Les Juifs qui emploient ce parler, et qui sont généralement bilingues, pratiquent souvent l'alternance de code linguistique (code-switching), d'abord au profit de l'arabe lorsqu'il s'agit de s'entendre avec la population arabophone , puis au profit du castillan, qui jouit au Maroc d'une considération culturelle et sociale importante à partir du XIXe siècle
(source :wikipedia)

Il y a 5 siècles que les juifs ont été expulsés d'Espagne par Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon .
L'exode de milliers de juifs espagnols dans le bassin méditerranéen crée une diaspora séfarade qui parlera pendant plusieurs siècles la langue espagnole du XVème.
Une partie des juifs fuyant l'inquisition s'installent au nord du Maroc, les juifs qui habitaient déjà le maroc,depuis la destruction du premier temple(2500 ans environ) leur donneront le nom de "Megourachim",(qui veut dire expulse de leur terre ,et de leur biens, ou juif de l'exil en hébreux,) et les juifs déjà installés  prirent le nom de "Tochavim", qui veut dire résident de toujours
Ces Megourachim nourrissaient un très vif sentiment de supériorité envers les Tochavim qu'ils appelaient Forasteros (étranger).
A leurs yeux les forasteros apparaissent comme incultes , grossiers , vulgaires .
Les autochtones leur rendaient la politesse en se délectant d'histoires sur leurs extrêmes candeur ,naïveté et en les surnommant Romis
Au yeux des Megourachims contracter un mariage avec un forasteros était considéré comme une mésalliance
Ce sentiment de distinction s'est peu à peu estompé mais persiste encore chez les personnes âgées

Quelques noms de gâteaux typiques de la zone espagnole (cliquez sur le nom du gâteau pour avoir la recette)

- Palébés (sorte de petites génoises plates et rondes)
- Cigares aux amandes
- Massapan (petites corbeilles de pâte remplies de pâte d'amande)
- Fijuelas
- Boca de dama (génoise)
- Pudding-flan
- Mafletas (crêpes sans oeufs ni lait)
- Bollitos (petits pains)
- Mantecados (ou polvorones petits biscuits trés friables )
- Berenjena en dulce (aubergine confite)
- Maronchinos
- Alhaluas de linazza
- pinonata
- Frojaldes
- petites galettes sucrées ou salées


Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droits.
Ils sont la propriété de Piroulie.
Toute reproduction de ces textes ou de ces photos est interdite sans la permission de l’auteur.

Posté par piroulie à 15:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :