31 août 2014

Conseils pour réussir vos hallots, vos pains briochés et vos brioches

Dans ce billet je ne donne pas de recette, mais un certain nombre de conseils pour vous aider à réussir vos hallots (pain brioché) et brioches.
Vous trouverez toutes les recettes ainsi que les différents façonnages dans cet index : clic

Desktop

  
La réussite des pâtes levées à base de levure de boulanger dépend de plusieurs facteurs (qualité et type de la farine, température et taux d'humidité de la cuisine, dureté de l'eau etc....). Il est donc difficile de donner une recette très précise et inratable et j'espère que ces quelques conseils pourront vous aider.

- Il n'est pas indispensable de pétrir à l'aide d'un robot, vous pouvez le faire à la main mais c'est plus fatigant !
Il faut mettre les ingrédients dans une bassine et travailler la pâte jusqu'à ce qu'elle soit homogène puis finir de pétrir la pâte sur votre plan de travail en la malaxant au maximum, pour permettre à la levure d'agir sur la pâte.
Il est plus facile de rajouter de la farine dans une pâte trop collante que de rajouter de l'eau dans une pâte trop sèche, il faut en tenir compte. Il vaut donc mieux mettre un peu moins de farine pour obtenir une pâte collante et en rajouter pour obtenir la consistance souhaitée.

- Achetez une farine de bonne qualité et la plus fraîche possible, j'ai eu parfois de mauvaise surprise avec certaines farines premier prix !

- N'utilisez pas de farine fluide pour faire vos hallots ou vos brioches mais de la farine type 45 ou 55 (j'utilise en général de la farine type 55 pour les hallots ou de la farine bio type 65).

- La quantité d'eau ou de lait à ajouter dépend de la qualité et du type de la farine utilisée.
Il faudra plus d'eau pour une farine T 65 que pour une T 45 par exemple mais certaines farines de même type absorbent plus d'eau que d'autres.
Pour les recettes à l'huile, compter environ 65 cl de liquide au total (eau + oeuf + huile) pour 1 kg de farine T 45 : la pâte doit être légèrement collante pour des hallots et très souple pour des brioches.

- Utilisez si possible de l'eau de source (mais pas de l'eau minérale trop minéralisée) surtout en Israël où l'eau est très calcaire (mes hallots et brioches montent moins bien en Israel qu'à Paris malgré la chaleur quand j'utilise l'eau du robinet !).

- Il ne faut pas cuire les hallot trop longtemps ni à une température trop élevée. On ne fait pas cuire brioches et hallots comme des baguettes !
Mes hallots sont cuites à 180° pendant 20 minutes environ mais quand je change de four (chez ma fille par exemple) la durée de cuisson n'est plus la même. Il faut donc adapter la durée et la température de cuisson à votre four, c'est votre expérience personnelle qui vous permettra de trouver la durée idéale. En général, lorsqu'elles sont dorées, elles sont cuites.
La durée de cuisson va aussi dépendre de la taille des hallots, les mini-hallots doivent cuire à une température légèrement plus élevée et moins longtemps que les grosses.
Ne faites pas de trop grosses hallots tant que vous ne maîtrisez pas la cuisson des hallots moyennes, elles risquent d'être crues au centre ou trop sèches si vous les laisser trop longtemps : pour de très grosses hallots je vous conseille une température de 170 ° pendant 30 à 35 minutes mais encore une fois ces durées varient en fonction des fours !
 
- Plus vous mettrez d'oeufs et de matières grasses et plus la pâte sera briochée mais elle lèvera aussi moins rapidement et séchera plus vite.
Ce sont surtout les blancs d'oeufs qui font sécher la pâte donc elle sera meilleure, plus aérée et séchera moins vite si vous ne mettez que les jaunes d'oeufs ce que je fais toujours.
Je conseillerais d'ailleurs aux débutantes de commencer par les hallots sans oeuf qui sont ultra légères avec une mie filante et plus faciles à réussir, la recette est là : CLIC
Les temps de levée seront donc plus long pour des brioches que pour des pains briochés.

- Vous devez absolument laisser lever 2 fois la pâte, la première levée étant la plus longue.
Vous pouvez la préparer la veille et la laisser toute la nuit au réfrigérateur (la mettre au frais directement sans la laisser monter), les hallots n'en seront que meilleures !
Le lendemain, dégazez la pâte (c'est à dire bien la pétrir pour en ôter tout le gaz),  laissez-la se réchauffer puis formez les hallots et laissez lever au moins 1 heure avant de les cuire.
Si vos hallots n'ont pas assez levé avant d'être enfournées, elles vont monter dans le four en s'ouvrant et le centre de vos hallots sera blanc et craquelé.

- La pâte doit lever à l'abri de tout courant d'air et dans une pièce pas trop froide (j'utilise une machine à pain qui me permet d'avoir une température idéale pour la pousse du pain).

- Ne laissez pas la pâte lever trop longtemps, car elle risque de retomber ! Il ne doit pas y avoir de petite bulles d'air qui se forment sous la pâte, signe qu'elle a un peu trop levé !
Ne la laissez pas lever trop longtemps non plus quand vos hallots sont formées sinon elle va retomber. Si c'est le cas retravailler la pâte et reformer les hallots mais parfois elles ne lèvent pas bien la troisième fois !
Un des trucs qu'utilise ma mère : mettre une petite boule de pâte dans un verre d'eau tiède, quand la boule flotte la pâte a assez levé (mais ce truc est surtout valable pour le pain).
 
- Si vous diluez la levure dans de l'eau ou du lait, il ne faut pas que le liquide soit glacé. Attention de ne pas utiliser non plus d'eau bouillante ! L'eau doit être tiède*.

- Il est préférable d'avoir tous les ingrédients à température ambiante  (pas d'oeuf glacé, ni de farine ou de beurre sortant du réfrigérateur).

- Lorsque vous préparez la pâte, ne mettez pas en même temps la levure et le sel qui ne doivent pas être en contact direct surtout si vous laissez les ingrédients dans la MAP (machine à pain) sans la pétrir immédiatement.

- Dans une pâte à brioche contenant du beurre, il faut ajouter le beurre en dernier après avoir bien travaillé la pâte qui doit être homogène avant l'ajout du beurre.

- Plus votre pâte est collante plus les pains briochés seront moelleux mais les formes seront moins jolies car en levant, les tresses seront moins apparentes et risquent de "s'ouvrir" puisque la pâte va bien gonfler. De plus, si elle est trop collante vos brioches risquent de s'étaler sur la plaque. Si votre pâte est ferme vous obtiendrez de plus belles formes mais le pain brioché sera un peu moins moelleux. Il faut arriver à trouver le bon équilibre !

- Ne mettez pas trop de levure dans la pâte, une pousse lente est toujours préférable à une pousse rapide. Je trouve que 30 g de levure fraîche pour 1 kg de farine suffise amplement pour les hallots, alors que souvent la quantité de levure proposée est de 40 g par kg de farine.
Il faudra plus de levure pour une pâte riche en matières grasses (beurre, margarine, huile) et en oeufs comme les pâtes à brioches.
Les meilleures hallots sont obtenues en préparant la pâte la veille avec moins de levure et en laissant reposer au frais toute la nuit (la mettre au frais directement après l'avoir pétrit sans la laisser monter).
À la sortie du réfrigérateur, on dégaze la pâte (on la pétrit pour la faire retomber).
On laisse reposer la pâte 15 à 20 minutes (en été) pour quelle se réchauffe puis on la tresse et on la laisse bien monter avant de la cuire.
Mais en ce moment j'utilise plutôt le poolish ou la méthode d'Etty (les recettes sont sur le blog).

- Pour que vos hallot sèchent moins vite et pour obtenir une mie plus "filante", plus moelleuse et plus aérée, utilisez un poolish (sorte de levain à préparer la veille) : clic 

- Un cube de levure de boulanger fraîche (42 g) correspond à 2 cuillères à soupe de levure sèche de boulanger (14 g) :
20 g de levure fraîche = 7 g de levure sèche de boulanger (attention à ne pas confondre avec la levure chimique).
La levure fraîche s'active plus vite que la levure sèche mais elle se conserve moins bien.
On peut la congeler mais personnellement j'utilise en général de la levure sèche de boulanger (de la marque SAF), bien plus pratique à conserver, ce qui me permet d'en avoir toujours à la maison.
J'ai eu une ou deux fois des problème avec de la levure fraîche congelée et je ne la congèle plus !

-  Dans son superbe site, "C'est ma fournée" Valérie préconise de badigeonner les hallots avec un blanc d'oeuf battu : je l'ai fait et je trouve que la couleur est plus uniforme. Bien que les hallots soient un peu moins brillantes, j'utilise souvent cette méthode qui me permet en plus d'ajouter un jaune d'oeuf dans ma pâte.
Pour obtenir un aspect plus brillant, vous pouvez aussi battre un jaune d'oeuf avec une pincée de sucre et une cuillère à café d'eau ou quelques gouttes de vinaigre et badigeonner vos hallots avec ce mélange.

- Pour chabbat et les fêtes il n'y a aucune obligation de tresser les hallots. C'est un minhag (coutume) plutôt achkenase.
Lorsque je n'ai pas d'invité (donc un repas plus cool) j'utilise ce façonnage : clic car le pain est plus moelleux et la mie plus filante qu'avec des tresses qui "compriment" un peu plus les hallots.

 

Si vous ne réussissez pas vos hallot du premier coup, ne vous découragez pas il faut parfois quelques essais avant d'y arriver ! 

*  Influence des températures sur l'activité des levures     ( voir ce site : clic)



- 18 °C : détérioration et diminution de leur pouvoir fermentaire
4  °C : fermentation presque bloquée
10 - 15 °C : activité considérablement ralentie
20 - 40 °C :  la vitesse de fermentation progresse de 8% env. pour chaque  degrés supplémentaire en partant de 20 °C
45 °C : activité freinée
50 °C : destruction des levures

 

Quelques questions classiques :

Ma pâte ne lève pas, que faire ?
- Plus une pâte est riche en beurre et oeufs, plus elle mettra de temps à lever donc soyez patiente sinon :
- Soit votre levure est périmée et votre pâte est irrécupérable ! 
- Soit la température de la pièce est trop froide, dans ce cas utilisez votre four comme une étude en le chauffant à 30/35 °.
- Soit vous n'avez pas mis assez de levure : vous pouvez en rajouter et il faut alors bien retravailler la pâte.
- Votre eau est trop calcaire et retarde la montée de la pâte.
- Vous n'avez pas mis de sucre donc la pâte monte moins vite
- Vous avez congelé la levure à une température inférieure à - 18° ce qui risque de la détériorer
- Vous avez dilué la levure dans un liquide (eau ou lait) dont la température est trop élevée (plus de 50°), ce qui a "tué" la levure !

Ma pâte a un goût de levure, pourquoi ?
- Soit vous avez mis trop de levure, il est préférable d'en mettre moins et de laisser lever plus longtemps, un fermentation lente, donne un meilleur goût, et une plus longue conservation à votre pain ou à vos brioches 
- Soit vous avez laisser la pâte lever trop longtemps
- Soit la pâte n'a pas suffisamment levée, elle est alors compacte avec un goût plus prononcé de levure.

Mes hallots ou mes brioches se sont ouvertes à la cuisson et sont craquelées
- Vous avez trop serré vos tresses en les façonnant.
- Vous n'avez pas assez laissé lever la pâte, elle a fini de lever dans le four et vos tresses se sont ouvertes et ont craqué.
- Votre pâte est trop collante et a trop gonflé en cuisant : vos hallots se sont donc déformées

Desktop-001

 

Poids des pâtons pour les tresses
Pour 4 hallots moyennes
- 65 g par pâton pour 6 branches
- 80 g par pâton pour 5 branches
- 100 g par pâton pour 4 branches
 

Pour 3 grosses hallots
- Pour une hallah à 6 branches 100 g environ par pâton
- Pour une hallah à 5 branches 120 G environ par pâton
- Pour une hallah à 4 branches 150 g environ par pâton


Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droits.
Ils sont la propriété de Piroulie.
Toute reproduction de ces textes ou de ces photos est interdite sans la permission de l’auteur.

Posté par piroulie à 10:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 août 2014

Moelleux aux brugnons et pêches, amandes et huile d'olive

Ces petits cake moelleux aux pêches sont vraiment faciles et rapides à préparer et c'est la recette idéale en cette saison car on peut y mettre tous les fruits d'été : pêches, brugnons, mirabelles etc....
L'huile d'olive que j'ai utilisée est une huile d'olive douce de Corse première pression à froid qui n'a pas un goût trop fort et qui donne au gâteau une saveur fruitée que nous avons beaucoup apprécié.
Personne n'a deviné que j'avais utilisé de l'huile d'olive pour faire ces moelleux !

L'huile d'olive est bien meilleure pour la santé que les huiles d'arachide et de tournesol, elle est riche en vitamine A, vitamine E en anti-oxydants qui permettent de prévenir les maladies cardio-vasculaires ainsi qu'en acides gras mono-insaturés qui, contrairement  aux acides gras saturés (présents dans les autres huiles, le beurre, la margarine) réduisent le taux de cholestérol 

P1120806

 

INGRÉDIENTS (pour 10 petits cakes)

- 6 brugnons moyens ou 4 brugons et 2 pêches sucrées et bien fermes (1kg) 
- 200g farine
- 80g d'amandes en poudre
- 150g de sucre roux 
- 3 gros oeufs
- 10 cl d'huile d'olive douce 
- 3 cuillères à soupe de calvados
- 1/2 sachet levure chimique
- 2 sachets de sucre vanillé   

- 50g amandes effilées pour la décoration
ou un brugnon coupée en tranches fines
- confiture d'abricot

 

77625969_p

 

 

RÉALISATION

Couper les brugnons et les pêches en petits dés et les faire macérer dans 3 cuillères à soupe de calvados et 100g de sucre pendant 15  minutes .
Ajouter les oeufs un à un en remuant bien, le reste du sucre, le sucre vanillé, l'huile puis la farine additionnée de la levure et les amandes en poudres.
Tapisser des cercles à entremets de papier sulfurisé et les remplir au 3/4 de pâte.

P1120416

Parsemer d'une poignée d'amandes effilées ou d'une pêche coupée en tranches fines.
Cuire au four préchauffé à 170°C pendant 45 minutes environ (surveiller la cuisson).
A la sortie du four, recouvrir éventuellement d'une petite cuillère de confiture d'abricots chauffée et filtrée 

P1120802

 

P1120812

P1120815

Remarques
Avec ces quantités j'ai obtenu 6 cakes cuits dans des cercles et 4 cakes cuit dans des moules à muffins.
Les cakes avec uniquement des brugnons sont meilleurs !
J'ai refait cette recette avec des mirabelles, c'était délicieux !


D'autres recettes de gâteaux aux fruits :

  Gâteau pommes         Ananas-rhum         Gâteau au yaourt     Cake aux pêches

   gâteau aux pommes 1      P1030202      P1020330      P1070071


 Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droits.
Ils sont la propriété de Piroulie.
Toute reproduction de ces textes ou de ces photos est interdite sans la permission de l’auteur.

Posté par piroulie à 10:30 - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 août 2014

Sorbet citron-menthe d'Olivia

Un sorbet à faire absolument en été car il est très rafraîchissant et facile à préparer (mais long à congeler!).
Vous pouvez le faire sans sorbetière, par contre l'utilisation d'un mixeur à pied (appelé mixeur "girafe") me semble dans ce cas indispensable

C'est Olivia, l'amie de ma fille qui nous a donné cette recette dans laquelle j'ai mis moins d'eau car j'apprécie les sorbets acidulés mais si vous le préparez pour des enfants utilisez les proportions d'Olivia.
Merci à elle pour cet excellent sorbet.

P1170731

INGRÉDIENTS

- 15 cl de jus de citron frais (4 citrons moyens)
- 15 cl d'eau (Olivia en mets 30 cl)
- 150 g de sucre
- zeste d'un citron (facultatif)
- 7 grandes feuilles de menthe fraîche
- 1 blanc d'oeuf

P1170729

RÉALISATION

Presser les citrons pour obtenir 15 cl (150 g) de jus de citron.
Faire un sirop en faisant simplement bouillir l'eau et le sucre jusqu'à ce que le sucre soit dissous dans l'eau.
Laisser refroidir et mélanger au jus de citron. Ajouter éventuellement le zeste d'un citron.
Ajouter environ 7 feuilles de menthe fraîche et mixer le mélange.

Avec sorbetière :
Mettre le mélange sirop-citron-menthe au congélateur jusqu'à ce qu'il commence à congeler puis transvaser le mélange dans la sorbetière et turbiner. 
Quand le sorbet commence à prendre, ajouter le blanc d'oeuf battu en neige.
Quand le sorbet est prêt, le mettre au congélateur dans un récipient muni d'un couvercle.

Sans sorbetière :
Mettre le mélange sirop-citron-menthe dans un bol assez haut au congélateur pour au moins 3 heures jusqu'à ce que le sorbet soit presque congelé. 
Quand le sorbet commence à durcir, remuer avec un fouet ou une fourchette et remettre au congélateur.
Quand le mélange a presque durci (ça ne doit pas faire un gros glaçon !) rajouter 1 blanc d'oeuf légèrement battu en neige, mixer avec un pied mixeur pour obtenir une consistance très mousseuse et laisser recongeler puis remixer encore une fois (vous pouvez dans ce cas rajouter les feuilles de menthe à cette étape). 
Votre sorbet sera très mousseux et léger.
Transvaser éventuellement dans un récipient muni d'un couvercle et congeler jusqu'au lendemain.

Vous pouvez servir des boules de sorbet ou utiliser les citrons évidés pour présenter votre sorbet

P1170736


Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droits.
Ils sont la propriété de Piroulie.
Toute reproduction de ces textes ou de ces photos est interdite sans la permission de l’auteur.

Posté par piroulie à 10:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 août 2014

Le Pleyel : un excellent cake au chocolat qui a fait le tour de la blogosphère

Je réédite cette recette qui avait fait le tour de la blogosphère il y a quelques années et qui a fait l'unanimité chez tous ceux qui l'ont testée.
C'est une recette du célèbre Robert Linxe de La Maison du Chocolat et c'est un des meilleurs cake au chocolat qu'il m'ait été donnée de goûter.
Il est très moelleux, grâce à la poudre d'amandes qu'il contient, bien dosé en chocolat et pas trop gras.

Je vous recommande vivement cette recette qui a été très appréciée par toutes le bloggeuses qui l'ont réalisée comme Lilizen du blog GastronomadePetite Lolie, et Sandra du Pétrin.

le pleyel

INGRÉDIENTS

- 170 g de chocolat à 70 % de cacao 
- 150 g de beurre ou de margarine (ou de beurre demi-sel)
- 4 oeufs
- 180 g de sucre glace
- 65 g de poudre d’amandes
- 20 g de sucre en poudre
- 80 g de farine
- 2 sachets de sucre vanillé

pleyel__2_

RÉALISATION

- Préchauffez votre four à 210° (240° dans la recette initiale ce qui me semble beaucoup trop à moi aussi)
- Casser le chocolat en morceaux et le mettre dans un bol ou un cul de poule avec le beurre au bain-marie (sans que le fond du bol ne touche l’eau). Lorsque le mélange est fondu, bien le mélanger.
- Ajouter les jaunes, le sucre glace, le sucre vanillé et la poudre d'amandes sans cesser de mélanger et toujours au bain marie (prévoir un bol assez grand).
- Retirez le bol du bain-marie et ajouter la farine
- Battre les blancs en neige très ferme avec une pincée de sel et les 20 g de sucre en poudre.
- Incorporer petit à petit les blancs d’œufs en vous servant d’une maryse et en veillant à obtenir un mélange bien homogène !
- Versez dans un moule à cake et enfourner en baissant la température à 180° pour 35 à 45 minutes (le temps de cuisson dépend de votre four)
Une lame de couteau insérée au centre du cake doit ressortir sèche (pour ne pas laisser de trace piquer avec une brochette ou une aiguille à tricoter).

pleyel__3_

 

pleyel

Remarque :
- J'ai aussi fait ce gâteau dans un moule en forme de coeur ce qui a donné un gâteau assez plat qui était moins bon que celui en forme de cake
- Il est meilleur le lendemain et se conserve très bien quelques jours dans une boite hermétique ou enveloppé de papier alu


Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droits.
Ils sont la propriété de Piroulie.
Toute reproduction de ces textes ou de ces photos est interdite sans la permission de l’auteur.

Posté par piroulie à 10:00 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags : , ,